Mémoire d’outre-tombe
  • Texte proposé par : le 7 mars 2017

    Mon cher et vieux pays, te voilà de nouveau
    Je te l’avais prédit, plongé dans la tourmente,
    Innocente victime au cœur d’une tournante
    Et moi, comme un couillon, coincé dans ce caveau !

    Entends-les, Marianne, haranguer le troupeau
    Et vendre leur salade à qui veut les entendre,
    Promesses du grand soir et lendemain qui chante
    Pour les mieux préparer à porter le chapeau…

    De tous ces prétendants à la charge suprême,
    Qu’ils soient ce jour sans tâche ou frappés d’anathème,
    Je n’en vois pas un seul redorer le blason

    De ton peuple ulcéré, grandeur et décadence !
    Je suis mort, il est vrai, mais est-ce une raison
    Pour ne point m’inquiéter de notre vieille France ?

    Colombey le 07 Mars 2017

Commenter | Lu : 964 fois