Sur le forum

Pour le plaisir de dire n'importe quoi!

Sujet: Rigolons ensemble! posté par: Bernard Blazin le: 01-03-2009

L’année 2016 se termine... J’espère que 2017 sera plus serein et plus joyeux. A tous, je vous souhaite une excellente nouvelle (...)

Lire la suite

Grand homme, petite taille !


Impétueux parfois, colossale souvent, soit on l’aime, soit on le déteste mais il ne laisse pas indifférent ! De qui puis je bien parler en ces temps modernes ? De Napoléon 1 [1] bien entendu.
Le défi ces temps ci sera de faire des poèmes, ou proses sur l’Empereur, vainqueur ou vaincu.

A vos baïonnettes les plumes !!

Lire plus >

ELYSE



 Elle fête son anniversaire le : 8 mai et réside aux environs de MULHOUSE
 

la femme à la fenêtre suite 2

Marie aux aurores Scrute la lueur orange (...)

En savoir plus sur ELYSE>

Vivit sub pectore vulnus


Je ne voudrais pas partir avant d’avoir écrit cette dernière lettre, les mots sont des fantômes qui hantent la mémoire et la vie est si courte. Et pourtant, comment te dire ce mal qui me terrasse quand ton regard se perd dans les brumes vaporeuses d’une aube éphémère ? Comment y croire encore quand tu ne me vois pas, image transparente à ton âme abusée ? Mes paroles d’amour ne sont que des bouteilles jetées à la mer qui viennent s’échouer sur l’île déserte de ton cœur, la mer les a roulées, les a bercées, elles ont vaincu tant d’écueils, survivantes entêtées dont l’encre se délave mais viennent mourir dans ton silence.

Je ne voudrais pas partir avant d’avoir senti la brûlure de ta bouche sur ma peau que l’hiver tourmente et affaiblit, pas avant d’avoir scellé de mes lèvres tes lèvres dans un baiser au parfum de regret. Mais comment t’approcher quand le temps nous sépare ? Comment venir à toi quand l’incertitude envahit mes veines comme un remord vivant ? Pourquoi te retenir si tu ne sais comprendre le désir qui me ronge et me prend jusqu’à mon dernier souffle lorsque l’obscurité s’illumine de mille flammes ardentes ? Et pourquoi te garder quand papillon de nuit, tu te brûles aux lumières assassines et trompeuses d’un soleil perfide et te détournes à jamais de ma nuit étoilée ?

Je ne voudrais pas partir avant d’avoir écrit cette dernière lettre... je ne voudrais pas mourir avant de t’avoir dit je t’aime.

En savoir plus sur ce texte :

Rechercher

Connexion

Qui est là?

  • Visiteur connecté : 1

Statistiques

41 rubriques
6664 textes
2140 auteurs
48268 réactions
118 infos
4591848 visites
8 nouveaux textes ce mois ci.

Publicité