Commentaires

28 avril 2017

Pretium doloris 7 avril 2017, leni IP:81.246.181.161


Un devoir de mémoire écrit à plume sensible qui élargit le sens de mourir pour la Patrie ADMIRATION Gaston

Pretium doloris 24 février 2014, Annie IP:195.24.215.46


Je comprends Jean-Claude et, vu de l’extĂ©rieur, il est flagrant que les piliers de l’Etat, police, gendarmerie, armĂ©e sont en train de se fragiliser dans l’esprit du "bon peuple" comme tu dis. Cela se fait en parallèle avec l’affaiblissement et la disparition des bases Ă©lĂ©mentaires civiques qui, Ă  ce qu’il semblerait, ne sont plus une prioritĂ© pour l’éducation aussi bien dans les Ă©tablissements scolaires que dans bon nombre de familles. Il faut voir comme sont mis en cause, presque systĂ©matiquement, les interventions policières pour les dĂ©lits et infractions au quotidien. Alors, l’armĂ©e qui n’est pas au contact direct de la population ... imagine. A la limite, c’est mĂŞme inquiĂ©tant pour les annĂ©es Ă  venir. Jusqu’oĂą descendra-t-on dans l’indiffĂ©rence de ces corps qui, autrefois, Ă©taient considĂ©rĂ©s et sont toujours, qu’on l’accepte ou non, comme Ă©tant garants du service et de la protection des citoyens ?

Pretium doloris 26 février 2014, JCJugan IP:92.139.122.55


Bonjour Annie et merci pour ce commentaire.
L’indifférence et par contrecoup l’égoïsme, le "chacun pour soi", sont évidemment un des maux de la société actuelle que ça soit au niveau national ou mondial...

Pretium doloris 23 février 2014, Annie IP:195.24.215.46


Bonjour Jean-Claude ! Un thème qui te tient Ă  cœur et ne peut laisser indiffĂ©rent ... tristesse, douleur, rĂ©volte ... car ces victimes n’ont fait qu’obĂ©ir Ă  des ordres qui les ont menĂ©s bien loin de leur patrie dĂ©fendre, du moins le leur a-t-on dit, des idĂ©aux qui semblent, hĂ©las, se faire de plus en plus flous dès que l’on approfondit un peu en remontant les hiĂ©rarchies. HonnĂŞtes certes ils le sont ces soldats, mais ceux qui les y envoient, ont-ils subi eux-mĂŞmes ces dĂ©chirements que provoque la perte brutale d’un des leurs, père, fils, sur un champ d’opĂ©rations et parfois mĂŞme sans en connaĂ®tre les dĂ©tails ? Une mĂ©daille ... les honneurs posthumes ... ce prix de la douleur consenti aux familles amputĂ©es pèsera immanquablement sur leur devenir. Amicalement. Annie

Pretium doloris 24 février 2014, JCJugan IP:92.139.122.55


Bonjour Annie. Bien évidemment ce texte n’engage que moi.
Je ne porte pas de jugement sur le bien-fondĂ© de la prĂ©sence française sur ces théâtres d’opĂ©ration, c’est un autre dĂ©bat. Ce qui me fait monter aux crĂ©neaux c’est ce que j’entends très souvent, mĂŞme dans mon entourage, Ă  l’annonce de ces morts... Ils ont choisi, c’est leur boulot, que faisaient-ils lĂ -bas ?, etc.
Certes, ils ont choisi ce métier avec tout ce qu’il implique, jusqu’au sacrifice suprême, mais un minimum de respect et de reconnaissance de la part du "bon" peuple français ne gâterait rien
Des morts dans l’indifférence, aussitôt disparus, aussitôt oubliés... Triste mentalité que je ne peux pas cautionner.

Publicités