Finette

Texte proposé par : JCJugan le 4 juillet 2017

Finette


Rue Robespierre...


Joséphine, osa-t-elle, alors toute jeunette,
Ca me semble trop chic, appelez-moi Finette !
Mémé, c’était Hugo, Richepin et Zola,
Pour horizon sa rue et rien d’autre au-delà.

Enceinte dès seize ans d’un docker en goguette
Qui lui fit onze enfants, elle en prit pour perpète
Mais sans jamais se plaindre Ă©leva sa smala,
Deux pièces sous les toits, son homme jamais là.

Quand je passais la voir, trop rarement peut-ĂŞtre,
Je la trouvais souvent le nez Ă  la fenĂŞtre,
Si fragile et fripée en son vieux sarrau noir.

Qu’attendais-tu grand-mère en fixant ce trottoir ?
Sans doute tes petiots, pause mélancolie,
Le seul et vrai cadeau que t’aura fait la vie…

Novembre 2008

Partager

 

A propos du texte:

Du mĂŞme auteur

Publicités