A l’ombre d’un doute

Texte proposé par : leni le 8 avril 2017

A l’ombre d’un doute


je crois en ceci et pas Ă  cela


A l’ombre d’un doute
08 03 14

Je priais Sainte CĂ©cile je priais Sainte Rita
C’était le temps béni de mes alléluias
Mais j’ai perdu la foi délaissant mon rosaire,
Oubliant mes Ave oubliant mes Pater.

Je crois je crois encore en mon ange gardien,
A la force des choses, au p’tit bonheur la chance,
A la bonne fortune, Ă  des rĂŞves en partance,
A la force de l’âge, aux lignes de la main.

L’au-delĂ  dites-moi c’est au-delĂ  de quoi ?
Je perds la tramontane car à l’ombre d’un doute
Mes vérités d’hier ne tiennent plus la route.
Perdu en cours de route, je suis seul avec moi.

Mon âme est buissonnière, elle marque d’une croix :
Une larme de joie, un sourire du dimanche,
Un bouquet de jonquilles, un regard bleu pervenche,
Un madras des Antilles et un mea culpa.

Demain je mets le cap sur l’île de Prosodie,
J’écrirai des chansons pour les fous de Bassan.
Quand le vent soufflera ma dernière bougie,
Des fous diront peut-ĂŞtre : il avait du talent.

Partager

 

A propos du texte:

Du mĂŞme auteur

Publicités